Les Planètes de notre Système solaire:

Par ordre (du Soleil à la dernière.)


 

- Mercure ------------------------------------------

La planète Mercure doit son nom au dieu Mercure du commerce et des voyages, également messager des autres dieux dans la mythologie romaine. La planète a été nommée ainsi par les Romains à cause de la vitesse à laquelle elle se déplaçait. ... C'est une représentation du caducée du dieu Hermès.

Mercure est la planète tellurique (c’est-à-dire une planète rocheuse).la plus petite du Système solaire.

Elle est également la plus proche du Soleil et ne possède pratiquement pas d’atmosphère. De ce fait, elle subit de grands écarts de température, sans équivalent dans le Système solaire. Cette température peut atteindre environ +430°C le jour, et descendre à -180°C la nuit. Sa surface truffée de cratères rappelle en de nombreux aspects la surface lunaire. Désert de roches et de laves tantôt brûlantes, tantôt glacées, Mercure est un astre géologiquement mort, c’est-à-dire sans activité interne, depuis plus de 3 milliards d’années.
Mercure possède une atmosphère dynamique très fine, appelée exosphère, résultat du bombardement de la surface par le vent solaire. Elle subit, par conséquent, d'importants écarts de température entre le jour et la nuit : de –180°C à +430 °C, une amplitude thermique sans équivalent dans le Système solaire. Mercure c'est formé il y à  4,503 milliards ans.

- Vénus -----------------------------------------

Vénus est la deuxième planète la plus proche du Soleil, et la sixième plus grosse. Cette planète rocheuse, légèrement plus petite et moins massive que la Terre, est la plus chaude du système solaire.

On appelle aussi Vénus l’« étoile du berger », de même que      l'« étoile du soir » ou l'« étoile du matin » car elle fait partie des premières étoiles1 qu'on voit le soir et des dernières le matin.

Son nom lui vient de la déesse romaine Vénus (Aphrodite dans la mythologie grecque) , la déesse de l'amour et de la beauté — probablement car c'est la planète la plus brillante .

Contrairement aux autres planètes du système solaire, Vénus a une rotation rétrograde (« à l'envers »). Ainsi, le Soleil s'y lève à l'ouest et s'y couche à l'est. Cette rotation est particulièrement lente, si bien que d'un lever du Soleil à l'autre, il ne s'écoule pas moins de huit mois terrestres. Vénus a donc des journées plus longues que ses années.
Vénus possède l’atmosphère la plus épaisse de toutes les planètes telluriques. C’est pourquoi la pression à sa surface est très importante, 91,8 fois celle de la Terre. L’atmosphère vénusienne, acide et corrosive, contient 96,5 % de dioxyde de carbone et 3,5 % d’azote. Des nuages opaques constitués de gouttelettes de dioxyde de soufre et d’acide sulfurique, surmontés d’une brume de cristaux de glace d’eau, lui donnent son aspect jaune (à cause du soufre) et laiteux. Leur épaisseur d’une soixantaine de kilomètres bloque le passage de 80% de la lumière du Soleil.

- Mars ------------------------------------------

Mars, est la quatrième planète par ordre de distance croissante au Soleil et la deuxième par masse et par taille croissantes. Son éloignement au Soleil est compris entre 1,381 et 1,666 UA (206,6 à 249,2 millions de kilomètres), avec une période orbitale de 669,58 jours martiens (686,71 jours terrestres).

C’est une planète tellurique, comme le sont Mercure, Vénus et la Terre, environ dix fois moins massive que la Terre mais dix fois plus massive que la Lune. Sa topographie présente des analogies aussi bien avec la Lune, à travers ses cratères et ses bassins d'impact, qu'avec la Terre, avec des formations d'origine tectonique et climatique telles que des volcans, des rifts, des vallées, des mesas, des champs de dunes et des calottes polaires.

Mars, dans un télescope apparaît plus orange que rouge... Cette couleur est donnée par la nature du sol martien contenant de l'oxyde de fer ( comme la rouille). Son atmosphère est très faible et principalement constituée de dioxyde de carbone, un gaz qui lui donne une teinte rosée, encore !

Mars a aujourd'hui perdu la presque totalité de son activité géologique interne, et seuls des événements mineurs surviendraient encore épisodiquement à sa surface, tels que des glissements de terrain, sans doute des geysers de CO2 dans les régions polaires, peut-être des séismes, voire de rares éruptions volcaniques sous forme de petites coulées de lave.

La période de rotation de Mars est du même ordre que celle de la Terre et son obliquité lui confère un cycle des saisons similaire à celui que nous connaissons ; ces saisons sont toutefois marquées par une excentricité orbitale cinq fois et demie plus élevée que celle de la Terre, d'où une asymétrie saisonnière sensiblement plus prononcée entre les deux hémisphères.

   - Jupiter --------------------------------------------

Jupiter est 2,5 fois plus massive que toutes les autres planètes du Système solaire réunies, tellement massive que son barycentre avec le Soleil est situé à l'extérieur de ce dernier, à environ 1,068 rayon solaire du centre du Soleil.

Jupiter est l'une des quatre planètes géantes du Système solaire, et c'est la plus grosse. Son diamètre est 11 fois plus grand que celui de la terre, environ (143 000km) c'est le quart de celle de la Terre (0,240ois précis. La densité de cet astre est  donc environ  318 fois supérieure à celle de la Terre. En son centre se niche un noyau rocheux d'une taille équivalente à celle de notre planète. Mais Jupiter est, pour l'essentiel, une immense boule d'hydrogène.
Jupiter possède plusieurs anneaux planétaires, très fins, composés de particules de poussières continuellement arrachées aux lunes les plus proches de la planète lors de micro-impacts météoriques du fait de l'intense champ gravitationnel de la planète. Ces anneaux sont en fait tellement fins et sombres qu'ils ne furent découverts que lorsque la sonde Voyager 1 s'approcha de la planète en 1979. Du plus près au plus lointain du centre de la planète, les anneaux sont regroupés en trois grandes sections:

le halo : entre 92 000 km et 122 500 km du centre de la planète ; le halo est un anneau en forme de tore, élargi par le champ magnétique de Jupiter ;
l'anneau principal : entre 122 500 km et 128 940 km du centre de Jupiter et épais de seulement 30 km ; il est probablement composé de poussières provenant de ces  satellites Adrastée et Métis ;
l'anneau gossamer : entre 128 940 km et 280 000 km du centre. Avant 181 350 km, il est constitué de poussières provenant d'Amalthée. Après, elles proviennent de Thébé. Cet anneau est très peu dense (gossamer signifie « gaze » en anglais), nettement plus épais que le précédent (plusieurs milliers de kilomètres) et s'évanouit progressivement dans le milieu interplanétaire.
Ces anneaux sont constitués de poussières et non de glace comme c'est le cas des anneaux de Saturne. Ils sont également extrêmement sombres, avec un albédo de l'ordre de 0,05.

Il existe également un anneau externe extrêmement ténu et distant qui tourne autour de Jupiter en sens rétrograde. Son origine est incertaine mais pourrait provenir de poussière interplanétaire capturée.
Autour de Jupiter, gravitent 67 satellites naturels, dont 53 ont un nom. Les quatre plus imposants sont Io, Europe, Ganymède et Callisto. Ces astres sont surnommés lunes galiléennes en référence au physicien Galilée .

La faible inclinaison de l'axe de Jupiter fait que ses pôles reçoivent bien moins d'énergie du Soleil que sa région équatoriale. Ceci causerait d'énormes mouvements de convection à l'intérieur des couches liquides et serait ainsi responsable des forts mouvements des nuages dans son atmosphère.
La planète Jupiter est qualifiée de gazeuse parce qu'on ne voit que les gaz et nuages de son atmosphère, mais l'essentiel de la planète est liquide ou solide. Les modèles géophysiques de l'intérieur de Jupiter indiquent que la surface de l'hydrogène liquide doit se trouver à environ 71 000 km du centre, à comparer au rayon (équatorial) de 71 492 km.

 Source du net

  - Saturne --------------------------------------------------

Saturne est une planète gazeuse et aussi  la sixième planète tournant autour du Soleil. D'un diamètre neuf fois supérieur à celui de la Terre, Saturne est très connue pour ses anneaux spectaculaires composés de morceaux de glace. C'est la plus lointaine planète visible à l'œil nu, et la dernière connue jusqu'à ce qu'Uranus soit découverte au xixe siècle. Saturne n'a pas  de surface solide. Le nom de Saturne vient du dieu romain du même nom. Pour les Grecs, Saturne s'appelle Cronos.

Saturne possède de nombreux satellites naturels. On en connaît 62 pour l'instant, dont 34 mesurent moins de 10 kilomètres de diamètre. 14 autres mesurent entre 10 et 50 km de diamètre. Le plus grand satellite de Saturne, Titan, est aussi gros que la planète Mercure. Il est aussi le seul satellite du système solaire possédant une atmosphère, celle-ci étant composée essentiellement d'azote et d'un peu de méthane. Il y fait si froid (-200 °C) que le méthane peut devenir liquide : il peut donc y avoir des pluies, et des lacs peuvent se former.

Les autres satellites de Saturne ne possèdent pas d'atmosphère, mais ils restent très intéressants. Encelade possède des geysers crachant de la glace : cela signifie qu'il y a de l'eau liquide sous sa surface gelée, qui pourrait être réchauffée par un noyau brûlant. L'eau sortant des geysers gèle immédiatement à cause du froid. Il se peut qu'il y ait de la vie dans l'eau d'Encelade, mais si elle existe, ce seront des organismes unicellulaires, comme des microbes et des bactéries.

Une autre de ses lunes, Mimas, est connue pour son cratère. La cause est l'impact d'un astéroïde. Si celui-ci avait été un peu plus grand, Mimas aurait pu être détruite et serait devenue un nouvel anneau autour de Saturne.

Les principales lunes de Saturne :

Phœbé
Encelade
Titan
Japet
Rhéa
Mimas

 -Uranus -----------------------------------------------

Uranus est la septième planète du Système solaire par sa distance au Soleil, la troisième par la taille et la quatrième par la masse. Elle doit son nom à la divinité romaine du ciel Uranus, père de Saturne et grand-père de Jupiter.
Uranus est une planète géante, et plus précisément une planète géante de glaces. Après la découverte de nombreuses géantes parmi les exoplanètes, différents types ont été distingués : Uranus est de type Neptune froid. Les astronomes les placent donc de nos jours généralement dans une catégorie différente, celle des géantes glacées ou des sous-géantes. L’atmosphère d’Uranus, bien que composée principalement d’hydrogène et d’hélium, contient une proportion plus importante de glaces d’eau, d’ammoniac et de méthane, ainsi que les traces habituelles d’hydrocarbures. Uranus est la planète du Système solaire dont l’atmosphère est la plus froide, sa température minimale étant de 49 K (−224 °C), à la tropopause (vers 56 km d'altitude et 0,1 bar, le niveau zéro étant défini à une pression d'un bar).
À l’instar des autres géantes gazeuses, Uranus a un système d’anneaux, une magnétosphère et de nombreux satellites naturels. Il y a 27 satellites naturelles et treize anneaux étroits.
le télescope Keck II montre en infrarouge des bandes nuageuses en mouvement, des vents à 900 km/h, d'énormes ouragans et des ondulations étranges en forme de tresse cerclant la planète1. Cependant, les observations terrestres ainsi qu'avec le télescope spatial Hubble ont depuis mis en évidence des signes de changements saisonniers et une augmentation de l’activité météorologique.

- Neptune ------------------------------------------

Neptune est la huitième et dernière planète du Système solaire .

Neptune orbite autour du Soleil à une distance d'environ 30 UA. C'est la troisième planète du Système solaire par masse décroissante — elle est 17 fois plus massive que la Terre et 19 fois moins massive que Jupiter — et la quatrième par taille décroissante : Neptune est en effet à la fois un peu plus massive mais un peu plus petite qu'Uranus.

Neptune et Uranus, toutes les deux des géantes de glaces et plus précisément des planètes de type Neptune froid, ont une composition similaire, différente de celle des deux autres planètes géantes, Jupiter et Saturne, qui sont des géantes gazeuses de type Jupiter froid. Comme ces dernières, l'atmosphère de Neptune est principalement constituée d'hydrogène et d'hélium avec des traces d'hydrocarbures et peut-être d'azote, mais contiendrait davantage de « glaces » au sens physique, c'est-à-dire de composés volatils tels que l'eau, l'ammoniac et le méthane. Ce dernier est d'ailleurs partiellement responsable de la teinte bleue de l'atmosphère de Neptune, bien que l'origine de ce bleu très soutenu reste encore inexpliquée.
Le nom de cette huitième planète vient de Neptune
, le dieu des océans dans la mythologie romaine. Son symbole astronomique Symbole astronomique de Neptune. est une version stylisée du trident du dieu Neptune, tandis que son symbole alternatif Symbole astronomique alternatif de Neptune. représente les initiales de Le Verrier.

- Le Gobelin ------------------------------------------

Deux fois plus loin que Pluton, ce rocher a été détecté dans le cadre d’une étude plus générale des objets situés au-delà de la ceinture de Kuiper, cette espèce d’anneau d’où proviennent les comètes. Parmi une multitude d’astres plus lointains, qui ne bougent pas à l’image, les astronomes américains ont détecté un point qui s’est déplacé en quelques heures à peine.

Le Gobelin, la nouvelle planète naine de notre système solaire
Des scientifiques ont repéré, bien au-delà de Pluton, une planète naine qu’ils ont baptisée « The goblin » (le gobelin). Sa découverte relance les théories sur l’existence d’une neuvième planète dans notre système solaire.

« Nous commençons à peine à découvrir ce à quoi ressemble la zone externe de notre système solaire, et ce qui pourrait s’y trouver » affirme Scott Sheppard, de la Carnegie Institution for Science à Washington DC. « Nous croyons qu’il existe des milliers de planètes naines dans le système solaire. »Les chercheurs estiment que l’orbite en forme d’ellipse très aplatie de la planète naine indique l’influence gravitationnelle d’un corps massif. Sedna et 2012 VP113 semblent eux aussi influencés par la gravité d’un corps qui doit encore être découvert. « Ces objets lointains sont des miettes sur la piste de la Planète Neuf. Plus on en trouve, mieux on comprend la frontière du système solaire et l’influence d’une éventuelle planète qui, on le pense, façonne leur orbite » affirme Scott Sheppard. Ces planètes ne semblent pas influencées par les plus grands corps connus de notre système solaire, comme Jupiter ou Saturne. Il se pourrait donc, même il ne s’agit encore que de suppositions, que la Planète Neuf soit à l’origine d' interactions dans la région du Nuage d’Oört.

Le Gobelin) par ses découvreurs, est un objet du système solaire. C'est un objet transneptunien extrême et, plus précisément, le troisième sednoïde à avoir été découvert.

- La planète Neuf ------------------------------------

La planète Neuf (nom provisoire en l'attente de toute confirmation éventuelle, , ou neuvième planète, est une planète hypothétique du Système solaire. Elle aurait été repérée de manière indirecte, son existence étant suggérée par les perturbations de l'orbite de plusieurs objets transneptuniens, déduites d'observations astronomiques réalisées entre 1983 et 2016. Elle serait située au-delà de Neptune, et même bien au-delà de la ceinture de Kuiper, et donc la neuvième planète du Système solaire tant dans l'ordre de sa découverte qu'en termes de distance au Soleil. À ce titre, elle pourrait être la « planète X » historiquement recherchée au-delà de Neptune puis de Pluton. Des éléments d'une possible existence ont été apportés par le California Institute of Technology en janvier 2016.

cette neuvième planète aurait pu se former comme une géante gazeuse, et être projetée aux confins extérieurs du système solaire.
L'existence de cette planète est prédite par les calculs de Konstantin Batyguine et Michael E. Brown, de l'Institut de technologie de Californie (Caltech), le 20 janvier 2016. Ces deux scientifiques notoires estiment ainsi avoir de « solides preuves »de l'existence d'un objet supermassif perturbant les astéroïdes de la ceinture de Kuiper.
En 2016 Esther Linder et Christoph Mordasini, astrophysiciens à l’Université de Berne, présentent une modélisation de l'évolution de cette planète présumée16. Selon leurs résultats, la planète aurait un diamètre actuel égal à 3,7 fois celui de la Terre. Sa température serait de 47 kelvins (−226 degrés Celsius). La planète aurait une magnitude apparente dans le spectre visible de 20 à 22, mais serait beaucoup plus lumineuse dans l’infrarouge où elle aurait une magnitude apparente de 1117 (soit une luminosité de l’ordre de 10 000 fois plus grande). La planète serait une sorte de petite Neptune avec une structure en couche comme suit :

un cœur ferreux (Fe) à 3 700 K (3 400 °C)
un manteau de silicates (MgSiO3)
un manteau de glaces (H2O) à 2 100 K (1 800 °C)
un manteau gazeux (hydrogène (H) et hélium (He))
une atmosphère (H et He) à 47 K (−226 °C).

La planète supposée a reçu plusieurs noms officieux dont un, provisoire, délivré par Konstantin Batyguine et Michael E. Brown :
À noter que, même s'ils ne peuvent le faire n'importe comment, c'est aux découvreurs d'une planète de nommer celle-ci35, et tant qu'elle n'est pas effectivement découverte, elle ne peut pas être nommée officiellement.

Brown et Batyguine ont utilisé les noms Jehoshaphat et George pour la planète Neuf. Brown a déclaré : « En fait nous l'appelons Fatty quand nous nous parlons l'un à l'autre ». Les noms Télisto et Télesto ont précédemment été utilisés pour un hypothétique objet transneptunien de cinq à dix fois la masse de la Terre.

Bien que son existence ne soit nullement assurée, car d'autres explications peuvent être avancées pour expliquer les anomalies orbitales constatées, la chasse à une neuvième planète dans le Système solaire a alors bel et bien été lancée.

La neuvième planète devrait probablement ressembler beaucoup à une superterre extrasolaire typique. C'est le chaînon manquant du Système solaire pour la formation des planètes. Au cours de la dernière décennie, l'étude des exoplanètes a montré que des planètes de grandes tailles sont très communes autour d'autres étoiles semblables au Soleil. La neuvième planète serait donc être la plus proche fenêtre observationnelle sur les propriétés d'une planète typique dans notre Galaxie. 

   oocbo.com  

Sources Wikipedia - Futura Sciences 

Menu Univers